Remicade ou l'opération? (Partie 2 de 3)

[Partie 2]

Mon gastroentérologue m’a expliqué en détail qu’elles étaient mes options. Je pouvais bénéficier d’un traitement par injection qui se nomme Remicade. Ce dernier comportait certains risquent et étaient très dispendieux ou je subissais immédiatement l’opération qui consistait à effectuer une colectomie subtotale avec iléostomie terminale. Celle-ci pouvait être permanente ou temporaire et ce, dépendamment des résultats de la pathologie.

rEMICADE OU OPÉERATION.jpg

Je devais digérer toutes ces informations et mon conjoint devait s’informer auprès de nos assurances si le traitement intraveineux était remboursé. Nous avons discuté ensemble, à tête reposée, de ces deux avenues, les pour et les contre. Mais ma seule obsession était de ne plus souffrir.  Par contre, comme il y a des maladies diverses du côlon dans ma famille et que j’ai un oncle stomisé de façon permanente, je savais ce qu’impliquait d’avoir une stomie permanente. Et bien honnêtement, à 31 ans, je ne me voyais aucunement avec un petit sac rattaché à mon ventre pour toujours. Donc, j’ai opté pour la Remicade qui nous était remboursée à 100%. Qu’avais-je à perdre?

Malheureusement, ce traitement a échoué dans mon cas. Non pas que son efficacité fut mise en doute. Ma colite s’était trop aggravée et mon aventure a fini par une péritonite, ce qui a nécessité une opération d’urgence, soit une iléostomie. Mon chirurgien attitré et que je connaissais déjà bien, venait de terminer un 16 heures de garde et ma seule option était celui qui était là. Appuyée contre le cadre de ma porte à souffrir,  c’était une question de temps et non de choix. Malheureusement pour moi ce spécialiste ne m’a installé ni drain et ni salem lors de mon opération. Alors, après une semaine, jour pour jour, j’ai dû subir à nouveau une opération d’urgence par laparoscopie, car un abcès abdominal  venait d’éclater. Je suis sortie de l’hôpital à 90 livres, filiforme, faible et avec une iléostomie.

Force est d’admettre que je suis ressortie avec des antidépresseurs, car le choc était difficile à gérer. Dieu merci! J’ai un conjoint extraordinaire qui ne cessait de me répéter qu’il m’aimait et que ma stomie était invisible à ses yeux. Mes enfants et mes parents me disaient à quel point ils étaient contents que je sois revenue à la maison et que grâce à la stomie, ils avaient encore leur mère et encore leur enfant, puisqu’à deux reprises, j’ai bien failli passer de l’autre côté du rideau. Pendant près d’un an, j’ai dû m’adapter à ma nouvelle situation.  J’ai dû me retrouver avec moi-même et me reconnecter avec mes émotions. Vous voyez, moi aussi je suis un cordonnier mal chaussé.  Faire des essais et erreurs au niveau de la bouffe, m’acheter des vêtements mieux adaptés pour ma stomie, coordonner mes nouveaux besoins d’hygiène avec mes sorties et surtout ACCEPTER CE QUI EST.

[À suivre dans mon 3e article…]

La maladie est un avertissement qui nous est donné
pour nous rappeler à l'essentiel.
-
Proverbe tibétain

Cindy

Présenté par: Hollister